Chronologie de la question royale du 7 juin 1944 au 2 aout 1945

  • (28 mai 1940 : le gouvernement réuni en conseil constate l’impossibilité de régner du roi Léopold).
  • 7 juin 1944 : départ du roi et de sa famille du territoire belge vers le territoire du Reich allemand.
  • 8 septembre 1944 : retour à Bruxelles du gouvernement belge réfugié à Londres depuis octobre 1940.
  • 19 septembre 1944 : Discours du Premier Ministre Pierlot devant les Chambres réunies rendant compte de l’activité du gouvernement depuis le 10 mai 1940.
  • 20 septembre 1944 : nomination par les Chambres réunies du régent chargé d’exercer les prérogatives constitutionnelles du chef de l’état.
  • 21 septembre 1944 : prestation de serment du régent, Charles le frère cadet de Léopold, devant les Chambres réunies.
  • 27 septembre 1944 : Entrée en fonction du gouvernement d’union nationale dirigé par Hubert Pierlot incluant trois ministres du PCB.
  • 16 novembre 1944 : démission des ministres du PCB.
  • 7 février 1945 : démission du gouvernement Pierlot.
  • 12 février 1945 : Entrée en fonction du gouvernement d’union nationale dirigé par Achille Van Acker incluant deux ministres du PCB.
  • 26 mars 1945 : réunion à Bruxelles des ambassadeurs britanniques et états-uniens ainsi que du chef de la mission belge du SHAEF dédiée aux « graves difficultés » pouvant découler du retour du roi en Belgique.
  • 2 avril 1945 : les représentants des puissances alliées en Belgique rencontrent Spaak, ministre des affaires étrangères.
  • 3 avril 1945 : les représentants des puissances alliées en Belgique rencontrent Spaak et Van Acker, accord sur le fait que le roi devra préalablement discuter des arrangements nécessaires à son retour avec une délégation du gouvernement et le régent.
  • 9 avril 1945 : le bureau du parti ouvrier (futur parti socialiste) se prononce contre un retour au pouvoir du roi « sans autre forme de procès », cette position n’est pas rendue publique.
  • 28 avril 1945 : le bureau élargi du parti socialiste se prononce en faveur de l’abdication du roi, décision confirmée le 2 mai et rendue publique le 5 mai.
  • 1er mai 1945 : le Drapeau rouge, organe du PCB, réclame l’abdication du roi.
  • 7 mai 1945: le roi et sa famille sont sous la protection des troupes alliées présentes en Autriche.
  • 8 mai 1945 : Le Conseil des ministres se réunit deux fois sur la question du retour du roi.
  • 9 mai au 12 mai 1945 : réunion près de Salzbourg en Autriche entre la délégation gouvernementale et le régent et Léopold, aucun accord n’est trouvé entre les parties sur les modalités du retour au pouvoir de ce dernier. Début d’une vive agitation populaire en Belgique.
  • 12 mai 1945 : Leopold déclare que son état de santé ne lui permet pas de rentrer immédiatement en Belgique.
  • 15 mai 1945 : le comité national du Front de l’Indépendance se prononce en faveur de l’abdication.
  • 18 mai 1945 : la FGTB réclame l’abdication du roi.
  • 14 et 15 juin 1945 : le roi annonce au Premier Ministre sa volonté de rentrer en Belgique le 18 juin, discussion sur les modalités de ce retour. Le 14, manifestation et meeting à Bruxelles de la Centrale Générale des Services Publics menaçant de déclencher une gréve générale dans les services publics en cas de retour du roi.
  • 16 juin 1945 : Après deux conseils des ministres, l’ensemble du gouvernement démissionne et annonce qu’il n’assurera pas le maintien de l’ordre public pendant la période d’affaires courantes. Leopold doit d’abord former un nouveau gouvernement qui soit disposé à assumer la responsabilité politique de son retour.
  • 17 juin 1945 : Le Bureau national de la FGTB marque son accord pour déclencher une grève générale en cas de retour de Léopold.
  • 19 juin 1945 : Le comité national du parti libéral se prononce en faveur de l’abdication de Léopold. Van Acker communique au roi qu’il ne peut pas constituer un gouvernement favorable à son retour.
  • 20 juin au 14 juillet 1945 : nombreuses consultations royales en Autriche qui n’aboutissent pas, le roi renonce à rentrer en Belgique avant « qu’une consultation nationale ait pu avoir lieu ».
  • 16 juillet 1945 : La démission du gouvernement ayant été finalement refusée la veille par le régent, celui-ci reprend ses fonctions et adopte le projet de loi interprétative de l’article 82 de la Constitution dite « loi du cadenas ».
  • 17 juillet 1945 : les ministres catholiques démissionnent du cabinet Van Acker.
  • 17, 18 et 19 juillet 1945 : adoption par la Chambre puis par le Sénat de la loi dite du cadenas qui est sanctionnée et promulguée le 19.
  • 17 juillet au 20 juillet 1945 : Interpellations du gouvernement Van Acker devant la Chambre et le Sénat qui constitue le premier débat parlementaire sur « la question royale ».
  • 2 aout 1945 : entrée en fonction du gouvernement Van Acker remanié avec trois ministres de l’UDB et sans les ministres catholiques dont la démission a été acceptée par le régent.