Scène 27 (Tableau historique)

Toudi mensuel n°18-19, mai 1999

Un SS assis à une table; une liste de prisonniers.

Emile Lacroix et François Delcourt, deux prisonniers wallons, attendent.

 

Officier SS - Kom maar binnen.

 

Un temps.

 

Officier SS, faisant signe d'avancer - Ja... ja.

 

Emile Lacroix - Moi ‑?

 

François Delcourt - Lui ‑? (il montre Emile Lacroix)

 

Les deux prisonniers se regardent.

 

Officier SS - Number dertig duizend seven honderd vijftien.

 

François Delcourt - Il ne dit pas de nom.

 

Emile Lacroix - Moi, c'est Lacroix. Emile.

 

Officier SS, en français - Matricule 30.715.

 

Emile Lacroix s'avance vers la table.

 

Officier SS - Spreekt u vlaams‑?

 

Un temps.

François Delcourt - Il demande si tu connais le flamand.

 

Emile Lacroix - Non. (Un temps) Un peu...

 

Officier SS - Donc, vous n'êtes pas flamand.

 

Emile Lacroix - Je suis de Namur.

 

L'officier SS raie son nom sur la liste.

 

Officier SS - La croix. La croix. Het kruis. Emile Hetkruis. C'est dommage... Votre croix, vous la porterez jusqu'au triomphe du IIIème Reich.

A chacun sa croix. Ja. Vous resterez au camp ‑! Comment voulez-vous défendre les droits des Flamands si vous ne connaissez pas leur langue ‑! Je la connais bien, moi‑!

 

L'officier SS sort en disant - Wallonen‑: Scheise ‑!

 

On entend un bruit de train.

 

Emile Lacroix - Regarde, les Flamands retournent en Belgique.

 

François DELCOURT - Difficile de leur dire au revoir.

 

Emile Lacroix - Des ja ja, j'en ai assez entendu en Allemagne. Je ne veux plus en entendre en Belgique‑: j'irai travailler en France, je te le jure ‑!

 

François DELCOURT - Il y a des Wallons qui essaient de se faire passer pour Flamands.

 

Emile Lacroix - Pauvre Tchantchès, pauvre Nanesse.

Suite de la pièce : Le Coup de semonce