Le comte Albert du Bois

Toudi mensuel n°30, juin-juillet 2000

Philippe Muret écrit un article éclairant sur le comte Albert du Bois dans La vie wallonne. Le comte, riche aristocrate, quelques mois diplomate belge mais rapidement démissionnaire se mit à plaider pour la réunion de la Wallonie à la France. Albert du Bois était aussi un écrivain dont les pièces de théâtre néo-romantiques (du type L'Aiglon), ont été jouées partout en France et y furent d'immenses succès. Le " rattachisme " d'Albert du Bois, Albert Mockel, autre aristocrate wallon, s'y opposait au nom de quelque chose d'assez semblable à ce que nous appellerions aujourd'hui l'Europe des Régions, preuve que cette manière de voir les choses - avec le régionalisme intellectuel et politique,  notamment celui de Proudhon - a des racines profondes en Wallonie et semble y répondre à un besoin réel de se situer en Europe et dans le monde. Mais cette " région " n'est-elle pas plutôt " nation ", le combat " régional " n'étant peut-être qu'une manière de dissimuler l'ambition politique que l'on a plus ou moins secrètement? Cette dissimulation brouille les cartes de telle manière que l'on ignore parfois ce que veulent vraiment les dirigeants wallons...