Dictionnaire de Bruxelles

Toudi mensuel n°30, juin-juillet 2000

La Maison de la Francité a demandé à 166 auteurs, connus ou lauréats d'un concours à parler de Bruxelles. Signalons Charles Bertin, Gaston Compère, Marc Wilmet, Claude Javeau, Nicole Malinconi... Chacun y va de sa vision littéraire, politique, sociologique de Bruxelles. Le paradoxe veut que maintenant, les Flamands de Bruxelles, pourtant redoutés comme des chevaux de Troie de la Flandre ne quittent pas cette ville car leur présence y assurent, pense René Schoonbrodt, la viabilité des institutions de la ville. Xavier Deutsch remarque que " Bruxelles " est un équivalent de " Belgique ". Et Claude Javeau évoque avec nostalgie un Bruxelles qui brusselait. C'est aussi une ville qui, ici, est saisie et comprise exclusivement par des francophones. Il est certain que le français a gagné à Bruxelles. Même si Serge Govaert par exemple souligne que le français comme le néerlandais sont parfois supplantés par d'autres idiomes: " Plutôt qu'un tissu métissé, Bruxelles me semble être une case encore mal définie d'un tableau où sa place serait déjà connue. Passez-moi l'image: un élément dans la classification  de Mendeleïev. "

Dictionnaire de Bruxelles, Définition d'une ville par les gens qui y vivent, y passent ou y travaillent, Labor, Maison de la Francité, Bruxelles, 2000.