ATTAC ou les questions économiques à la portée de tous

Toudi mensuel n°49-50, septembre-octobre 2002

Ignacio Ramonet donne à son éditorial du Monde diplomatique de décembre 1997 un titre significatif : « Désarmer les marchés » . Ce thème, il l'a choisi pour deux raisons. Premièrement, les bourses d'Asie sont alors touchées par un crash qui menace l'économie mondiale. Deuxièmement, depuis le mois de mai 1997, l'Accord multilatéral sur les investissements (AMI) se négocie dans le plus grand secret. 1

En 12 chapitres synthétiques et dune clarté remarquable, Ignacio Ramonet dénonce quatre institutions qui forment un « État supranational » : le Fonds monétaire international (FMI), la Banque mondiale, l'Organisation pour la coopération et le développement économique (OCDE) et enfin l'Organisation mondiale du commerce (OMC). Cette dernière a succédé au GATT et est devenue en 1995 « une institution dotées de pouvoirs supranationaux et placée hors de tout contrôle de la démocratie parlementaire ». Face à cette situation, « le désarmement du pouvoir financier doit devenir un chantier civique majeur si l'on veut éviter que le monde à venir se transforme en une jungle où les prédateurs font la loi » 2 . Concrètement, trois pistes sont proposées : 1) Suppression des paradis fiscaux ; 2) augmentation de la fiscalité des revenus du capital ; 3) Taxation des transactions financières. Après avoir balisé le débat, le rédacteur en chef du Monde diplomatique conclut : « Pourquoi ne pas créer, à l'échelle planétaire, l'organisation non gouvernementale Action pour une taxe Tobin d'aide aux citoyens (Attac) ? En liaison avec les syndicats et les associations à finalité culturelle, sociale ou écologique, elle pourrait agir comme un formidable groupe de pression civique auprès des gouvernements pour les pousser à réclamer, enfin, la mise en ?oeuvre de cet impôt mondial de solidarité. » 3

Les réactions à cet éditorial seront rapides et positives. En juin 1998, à Paris, l'association Attac voit officiellement le jours. Très rapidement l' « Association pour une Taxe Tobin et l'Aide aux citoyens » va prendre son nom actuel d' « Association pour une Taxation des Transactions financières pour l'Aide aux Citoyens ». Ce changement n'est pas que sémantique, il signifie surtout un élargissement de la réflexion et des zones d'action du mouvement.

Les principes fondamentaux

La taxe Tobin, du nom du prix Nobel d'économie américain James Tobin, est une idée qui date de 1972 et vise à taxer de manière minimaliste (maximum 1%) toutes les opérations de change. Le but de Tobin en imaginant cette taxe n'était pas de lutter contre le système capitaliste, mais au contraire d'y mettre un garde fou pour éviter de trop grosses fluctuation et donc réduire les risques de crash. Le conseil scientifique mis en place à Paris, et composé de nombreux universitaires éminents, stimulé par la confrontation des nombreuses sensibilités composants l'association, va réfléchir sur les limites de la taxe Tobin et sur d'autres possibilités (système Spahn...). Cette orientation sera confirmée lors de la première rencontre internationale du mouvement, intitulée « La dictature des marchés? Un autre monde est possible »  qui se déroule à Saint-Denis du 24 au 26 juin 1999 en présence de plus de 1.500 personnes représentant 80 pays. C'est d'ailleurs à l'issue de ces journées que la plate-forme d'Attac est amendée dans le sens d'un élargissement des thèmes de réflexion. Ce texte, base commune de l'action, ne se veut en aucun cas un dogme mais est au contraire en perpétuelle discussion. Il définit six thèmes d'action :

- entraver la spéculation internationale ;taxer les revenus du capital ;

- sanctionner les paradis fiscaux ;

- empêcher la généralisation des fonds de pension ;

- établir un cadre légal pour les opérations bancaires et financières, afin de ne pas pénaliser encore plus les consommateurs et les citoyens, les salariés des institutions bancaires pouvant jouer un rôle important dans le contrôle de ces opérations.

- appuyer la revendication d'annulation générale de la dette publique des pays dépendants et l'utilisation des ressources libérées en faveur des populations et du développement durable, ce que beaucoup appellent le règlement de la dette sociale et écologique. 4

Actuellement, en plus d'une grande campagne sur l'accord général sur la commercialisation des services (AGCS) et d'actions sur d'autres thèmes comme les paradis fiscaux..., l'ensemble des groupes locaux européens et mondiaux sont amenés à réfléchir sur le contenu de la plate-forme, en vue de prochaines rencontres internationales sur ce thème.

L'extension du mouvement

Grâce à Internet et à la diffusion internationale dans plusieurs langues du Monde diplomatique, l'initiative est rapidement connue à divers endroits et le courrier afflue à Paris. Bientôt, des groupes Attac se forment partout dans le monde. Ils sont souvent l'émanation de groupes préexistants qui se regroupent et/ou élargissent leur bases pour prendre le nom d'Attac. D'autres gardent leur nom et leur structure de base, mais se greffent au réseau mondial. Avec le temps, la multiplication des rencontres et des actions internationales, le mouvement se structure. Cette dimension mondiale, indispensable au vu du combat mené, a permis à Attac d'être parmi les mouvements à l'origine du Forum social de Porto Alegre et d'être de tous les combats du mouvement alter-mondialiste.

Dans notre pays, Attac-Belgique a été fondée le 6 mai 1999 du regroupement de groupes locaux, comme ceux de Bruxelles et Liège, créés dans les mois précédents. Une série de locales verront ensuite le jours, souvent à l'issue d'une conférence. Aujourd'hui, ce n'est pas moins de 13 locales qui couvrent le territoire de la communauté Wallonie-Bruxelles. 5

Attac Vlaanderen connaît au nord du pays un développement semblable.

Exemple du fonctionnement d'une locale : Attac-Liège

Le 22 avril 1999, sur la base du collectif Argent-fou 6 et de personnes ayant écrit à Paris à la suite de l'éditorial d'Ignacio Ramonet, le groupe Attac-Liège voit le jour. Grâce aux contacts préexistants entre associations et militants de celles-ci, l'initiative est tout de suite soutenue. Un local est aménagé et un bulletin imprimé grâce à l'appui des syndicats. Conformément aux statuts français d'Attac, des personnes morales (à l'exception des partis politiques) comme des personnes physiques peuvent être membres. Ceci est courant. Ce qui l'est moins, c'est la stricte application à toutes les assemblées et réunions du principe « Un homme = une voix ». Cela permet à chaque citoyen de pouvoir prendre part aux décisions aux mêmes titres que les représentants des petites et grandes associations.

Afin d'impliquer chaque membre selon le temps et les compétences dont il dispose, des sous-groupes se sont constitués au fil du temps. Citons parmi eux :

 

le groupe Réflexion qui après plusieurs mois de discussion a publié un argumentaire sur la Taxe Tobin en décembre 2000 et qui étudie à présent la délicate question du revenu de base;

le groupe Lecture qui permet à chacun de s'approprier, au moyen de discussions et explications collectives, le contenu d'un livre pas toujours facile à lire;

le groupe Marché qui tient un stand lors de conférences, de marchés, d'activités culturelles... afin de rencontrer un maximum de personnes et de les sensibiliser aux thèmes d'Attac;

le groupe  Intervention qui veille à assurer une tournante parmi les orateurs qui participent à des conférences-débats ou des prises de paroles et poursuit un travail d'auto-formation;

le groupe Charivari qui étudie le moyen de rendre plus dynamique nos actions de rue et travaille sur un projet de représentation théâtrale;

le groupe Secrétariat qui assure une permanence quotidienne, la vente des livres, le contact avec les membres ou les autres associations...

 

On le voit, un maximum d'initiatives sont prises afin que chacun puisse trouver sa place dans le mouvement. L'accent est mis également sur l'équilibre à maintenir entre l'Action et la Réflexion, sans oublier la grande importance qu'Attac attache à l'éducation populaire.

Le défi consiste à prendre en compte les suggestions et projets de la base tout en s'articulant sur les propositions du mouvement international liés aux événements politiques et financiers mondiaux. Les AG ont lieu tous les deux mois et sont divisées en deux temps : a) présentation et discussion sur une question de fonds ; b) questions internes à Attac et principalement à la locale. Les grandes orientations sont toujours décidées lors des AG. Entre celles-ci, un Groupe de coordination, élu chaque année, s'assure de la réalisation des décisions, de la cohésion du mouvement, des liens avec les autres associations liégeoises et avec les autres groupes Attac, du bon fonctionnement des 12 sous-groupes... Depuis avril 2001, une ASBL a été créée pour gérer les questions financières et administratives.

Un bon exemple de cette dynamique fut le Congrès Européen Citoyen qui s'est tenu à Liège les 22 et 23 septembre 2001, parallèlement au sommet Ecofin. Pendant deux jours, plus de 1.000 participants venus de toute l'Europe ont discuté en ateliers sur quatre thèmes : Fiscalité ; Europe sociale et services publics ; Commerce ; Rapports Nord-Sud. 7

Les membres d'Attac-Liège et d'autres locales voisines se sont mobilisés en nombre pour assurer les différentes tâches nécessaires à la bonne réussite de ce congrès. Mais les militants désiraient également s'exprimer dans la rue. C'est pourquoi Attac était présent en nombre le vendredi 21, au côté des syndicats, lors de la grande manifestation contre le sommet des ministres des finances européens.

Un moment fort, l'université d'automne

Un an après ce grand événement, Attac organise les 27, 28 et 29 septembre trois jours de formation pour tous à la mondialisation. 8 Une vingtaine de personnalités académiques d'universités belges et françaises ainsi que d'autres experts y assureront chaque jour quatre conférences suivies d'ateliers d'approfondissement.

La première journée sera consacrée à l'Union Européenne : son élargissement, sa place dans l'organisation mondiale du commerce (OMC), l'EURO, les droits fondamentaux des citoyens, l'avenir des retraites et des services publics, ...

La seconde s'attachera à certains aspects de la mondialisation : les mouvements de capitaux du Nord au Sud ou du Sud au Nord, les organisations financières internationales (F.M.I., B.M., ...), la condition des femmes, les expériences de démocratie participative, ...

C'est au cours du dimanche que seront abordées les principales alternatives proposées par le mouvement ATTAC et ses partenaires : développement durable, démocratie mondiale, économie au service de l'homme, nouveaux mouvements sociaux mondiaux, ...

Un mouvement encore en voie de maturité

Depuis maintenant trois ans qu'il existe en Belgique, ATTAC s'est développé et s'est structuré de manière à permettre à chacune et chacun de mieux discerner les enjeux économiques et de comprendre que c'est aux citoyens de pousser le politique à se réapproprier l'économique. Le travail envers les individus mené parallèlement au soucis constant de travailler en coordination avec tous les autres mouvements proches de ses préoccupations fait d'Attac une composante importante du mouvement altermondialiste qui se constitue.

Renseignements complémentaires ? Tél : 04 349 19 02. Mail : liege@attac.org

 

 

 


  1. 1. Une " fuite " sur Internet permettra une mobilisation de l'opinion publique qui réussira à empêcher la signature de ce texte qui aurait enlevé tous pouvoirs aux États face aux investisseurs. Depuis cette victoire il y a quatre ans, le contenu du texte ne cesse de revenir sous d'autres formes.
  2. 2. ) RAMONET, Ignacio, Désarmer les marchés in Le Monde diplomatique de décembre 1997, p.1.
  3. 3. Ibid.
  4. 4. Le texte complet de la plate-forme, est disponible sur le site www.attac.org où l'on trouvera de nombreux autres textes de fonds et les coordonnées de tous les groupes Attac dans le monde.
  5. 5.  Pour tous renseignements : www.wb.attac.be <http://www.wb.attac.be
  6. 6. Collectif qui regroupait depuis plusieurs années une série d'associations liégeoises, dont les syndicats, et qui travaillait déjà sur les questions financières.
  7. 7.  Voir à ce sujet ATTAC, Une autre Europe pour une autre mondialisation. Attac/Luc Pire, 2001.
  8. 8. Les inscriptions sont souhaitées le plus rapidement possible. Elles supposent une participation de 25 euros, à verser sur le compte 001-3324624-25, avec en communication " université ATTAC ".